Accueil > Bio > Biographie

Biographie

Originaire du Lac-Saint-Jean, , né en 1955, nourri, dorloté, élevé, et auto-promené à bicyclette sur les chemin cahoteux des grands parterres forestiers de forêt mixte et à travers les grandes plaines de terres fertiles cultivées et délimitées par les planches, des lots, des rigoles, des clôture, des haies d’arbres, ces territoires reflètent bien l’imagination des hommes et des femmes qui les ont aménagés. Avant tout, je dois tout à mes parents adorables qui m’ont donné cette chance d’y découvrir le monde, mon monde. Maintenant je vis depuis plusieurs années en Gaspésie dans la région de la Baie-des-Chaleurs, qui est également une baie marine dont la grâce est telle qu’elle rend le soleil hésitant à se coucher sur son horizon.

Plus jeune, à l’adolescence je me suis initié à la photo argentique avec l’achat de mon premier reflex Mamiya MSX 1000. Mon père, vers le même âge, avait construit son petit studio de photographie et sa chambre noire. D’aussi loin que je me souvienne, soit vers les 11 nans, il était toujours, lors d’événements solennels ou historiques reliés à notre famille, en possession de sonPolaroid Land Caméra modèle J66, ou de sa caméra super 8 Kodak. Je n’ai pas beaucoup utilisé les caméras qui me sont tombées entre les mains pour ces fonctions. J’aimais plutôt photographier ce qui se trouvait sur mon chemin : mes amis, les animaux de fermes et les voyages de pêche. Puis à la fin de l’adolescence, j’ai beaucoup ralenti mes activités photographiques pour aller étudier à l’extérieur de ma région.

Puis un jour je suis revenu à la photographie, sans jamais avoir étudié dans le domaine des arts visuels, même si je m’y suis intéressé toute ma vie. Je suis un autodidacte qui s’est converti au numérique, pour être dans l’ère du temps, dans l’esprit de mon époque. J’aime le beau, selon mes critères d’appréciation. Je crois dur à l’influence de mes rencontres dans les livres de photographies, dans les films ou sur les murs des galeries d’art. Quand je regarde au travers du viseur de ma caméra, des images apparaissent à mes yeux et, en même temps, d’autres me viennent à l’esprit : Michel Brault, Jean-Pierre Saint-Louis, François Jacob, Todd Hido, Edward Burtynsky... À l’instar de ces artistes de l’image, l’émotion éveillée, non pas pure, mais associée à une humanité consciente, me sert de guide dans mes exécutions. ’’ La magie ’’ a des tonalités bien ternes, je préfère ’’ l’âme agit ’’ , beaucoup plus lumineuse, pour réaliser mes photographies.

Toujours appuyé par l’intuition, je découpe les paysages en les photographiant et, ensuite, j’oeuvre à comprendre et rester cohérent.